Discipline équestre et ostéopathie équine

Quelque soit la discipline équestre que vous pratiquez, à haut niveau ou en amateur, l’ostéopathie équine vous apporte des solutions aux problèmes que vous rencontrez. Même si ces problèmes peuvent être de nature, d’intensité et de fréquence différentes.

Moi même, cavalier de CCE, c’est en me confrontant à des difficultés équestres que j’ai découvert les intérêts de l’ostéopathie équine. Ainsi naquit ma vocation !

– – –

Retrouvez ci-dessous une liste non exhaustive des difficultés et des troubles que j’observe régulièrement sur le terrain et auxquels j’apporte une résolution concrète par l’ostéopathie équine.

  • Dressage
  • CSO
  • CCE
  • Courses hippiques – Trot
  • Courses hippiques – Galop
  • Endurance
  • Polo

– – –

Signaux d’alerte et symptomatique

Une asymétrie au travail est tolérable tant qu’elle se limite à une main moins aisée que l’autre. Ce que le travail peut généralement compenser, au moins partiellement.

Par contre, à partir du moment où une main devient inhabituellement difficile, on sort de la normalité. D’autant si votre cheval vous oppose un refus systématique pour tel ou tel exercice. Qu’un traumatisme ait été identifié ou non.

Une allure régulièrement irrégulière est caractéristique d’un trouble d’origine musculo-squelettique.

ostéopathie équineQue ce soit sur le plat – Dressage

  • Dissymétrie entre les deux mains
  • Difficulté d’incurvation voire de contre-incurvation, postérieur qui ne passe pas sous la masse
  • Allures « piquées », cheval qui ne pousse plus
  • Défaut d’engagement, difficulté à abaisser les hanches
  • Attitude haute du bout de devant, encolure qui se relève lors de transition montante ou descendante
  • Cheval qui se désuni, ne tient pas le galop à faux
  • Sensation d’être déséquilibré en selle

Lombalgie et travail sur le plat

Nul n’ignore que les figures et les variations d’allures imposées en dressage sont sollicitantes pour le corps du cheval. Tout travail de dressage sollicite préférentiellement le rachis thoraco-lombaire (dos et zone du rein), les articulations sacro-iliaques (bassin) et les membres postérieures. Les muscles abdominaux, ilio-psoas et dorsaux, alternent des contractions concentriques et excentriques pour assurer la mise en avant et l’équilibre.

Si votre cheval se désuni, c’est souvent un trouble lombaire. S’il désengage un postérieur, c’est souvent un trouble lombaire ou sacro-iliaque. S’il perd en rectitude ou marche sur trois pistes, c’est souvent un trouble sacro-iliaque. Ces blocages sont couramment traités en ostéopathie équine.

Une lombalgie (douleurs lombaires) peut être la conséquence de troubles ostéo-articulaires et entrainer une hypertonie musculaire. La locomotion, la souplesse, l’aisance de votre cheval perdent en qualité. Les difficultés deviennent récurrentes. Le pansage devient sensible. Bref…cela devient dur pour votre cheval.

ostéopathie équineQue se soit à l’obstacle – CSO

  • Dérobe voire refus à l’obstacle
  • Réception à l’obstacle sur le même pied
  • Cheval qui se décale lors du saut
  • Cheval qui saute à plat
  • Torsion de l’arrière main pour faire passer les postérieurs
  • Défense à la réception

Dorsalgie et travail à l’obstacle

Au même titre que le dressage, le travail à l’obstacle est sollicitant pour le rachis thoraco-lombaire et les articulations sacro-iliaques. Outre les cas de lombalgie, un des signes caractéristiques d’une dysfonction sacro-iliaque est une tendance à se décaler lors du saut. Ce qui se confirme bien souvent par un hémi-bassin abaissé lorsqu’on regarde le cheval de dos, voire des mscles fessiers plus plat d’un côté. Dans ce cas, c’est la propulsion d’un postérieur qui fait défaut.

Mais on pense moins souvent au rachis cervical (encolure). Pourtant, à la réception de l’obstacle, l’amortissement est assuré par le sternum et les dernières vertèbres cervicales. On n’imagine pas la pression à ce moment là. Elle se compte facilement en tonnes ! Quant au garrot de votre cheval, il est indispensable au balancier de l’encolure. C’est un bras de levier qui permet la propulsion au déclenchement du saut, la couverture de l’obstacle et l’amortissement à la réception. Or garrot et cervicales basses sont intimement liés dans la mobilité.

Un blocage au niveau du garrot est une source de dorsalgie (mal de dos).

ostéopathie équineQue ce soit en Concours Complet – CCE

  • Asymétrie voire irrégularité d’allure
  • Traumatismes répétés
  • Trébuche, déséquilibre
  • Chute du cheval
  • Raideurs
  • Diminution de l’amplitude de la foulée
  • Hyperlactatémie

Raideurs et Concours Complet

La solidité du cheval de concours complet est un gage de longévité afin qu’il conserve son intégrité physique malgré la plus ou moins bonne qualité des sols auxquels il et exposé. Agilité, souplesse et vivacité sont des qualités essentielles au cheval de complet pour qu’il contrôle sa vitesse et son équilibre. Il pourra s’adapter à la variété des profils d’obstacles naturels, directionnels, mais aussi variété entre les trois épreuves de plat, hippique et cross. Ses muscles alternent des contractions concentriques (raccourcissement) pour élever les antérieurs (trapèzes), propulser depuis les postérieurs (fessiers), abaisser les hanches (abdominaux), et des contractions excentriques (élongation) pour ouvrir les angles articulaires, amortir à la réception des sauts, franchir les contre-bas…

En bref, le cheval de complet est un véritable athlète qui souffre de raideur du fait des chocs répétés à grande vitesse sur des sols durs voire irréguliers. Cette raideur conduit à une réduction de l’amplitude articulaire, diminution de l’efficacité musculaire, déséquilibre, cheval qui trébuche voire qui chute. En ostéopathie équine, je m’assure qu’aucun blocage ne soit présent pour tendre vers cette raideur. Qu’aucun groupe musculaire/tendon ne soit pas capable de s’allonger comme il le devrait, ce qui contribuerait à cette raideur. Qu’aucune tonicité musculaire ne soit altérée rendant une articulation, moins souple, plus raide, plus fragile.

ostéopathie équineQue soit en course de Trot

  • Baisse de performance
  • Déviation de la trajectoire de course
  • Difficultés à tenir la corde
  • Défense à la main

Sciatalgie et course de trot

Dès que le cheval se propulse, les articulations sacro-iliaques (bassin) sont sollicitées. Mais encore plus en course hippique, et notamment de Trot. Le fonctionnement par bipède diagonal, soumet les deux articulations sacro-iliaques (droite et gauche) à des contraintes de cisaillement du fait de leur fonctionnement en opposition : l’une s’ouvre pour permettre l’engagement pendant que la seconde se ferme pour assurer la propulsion. Une sciatalgie est de ce fait un trouble récurrent chez le cheval de course. Une sciatalgie (douleurs sciatiques) est responsable de déviation de trajectoire, d’un manque de rectitude, d’une poussée asymétrique des postérieurs, d’une baisse de performance.

ostéopathie équineQue soit en course de Galop

  • Baisse de performance
  • Réduction d’amplitude de la foulée de galop
  • Réduction de la propulsion postérieure
  • Hyperlactatémie

Hyperlactatémie et course de galop

Départ arrêté, vitesse de pointe, sprint final…le galopeur fournit des efforts intenses. La proportion des muscles engagés par le cheval pour l’effort de course est proche de 80%, soit deux fois plus qu’un humain. Chez un Pur Sang, 80% des fibres musculaires sont dites « rapides », puissantes, mais dont le métabolisme anaérobie, certes non strict, conduit à une augmentation de la concentration de lactate (lactatémie) dans le muscle. Certains chevaux atteignent des seuils supérieurs à 20 mmol/L en fin d’effort, alors qu’une concentration supérieure à 4 mmol/L (V4) suffit déjà à induire une fatigue musculaire.

Sauf, qu’en présence d’oxygène, le lactate est dégradé en pyruvate puis réintégré dans le cycle de resynthèse de l’ATP, la molécule responsable de la contraction musculaire.

En ostéopathie équine, je m’assure de l’intégrité fonctionnelle du diaphragme, des intercostaux et scalènes et autres muscles responsable de la qualité respiratoire, et donc de la fourniture en oxygène. Aussi, c’est entre les vertèbres du garrot qu’émerge l’innervation du cœur, ce que tout blocage vertébrale influerait négativement. La mobilité aisée du sternum est à la base de la dilatation du thorax lors de l’inspiration…

Mais au delà de ces zones ciblées, mobiliser une articulation (ou plusieurs) en restriction de mobilité est un coût énergétique supplémentaire pour le cheval. Tout déséquilibre fonctionnel, blocage et autre gène conduira à l’explosion de la lactatémie et donc à sa fatigabilité précoce. Ou tout simplement à une perte de vitesse.

Intervenir après la course présente également l’intérêt de favoriser le drainage musculaire et hépatique conduisant à l’élimination des lactates.

ostéopathie équineQue ce soit en Endurance

  • Baisse de performance
  • Retour à une FC seuil plus lent
  • Irrégularité d’allure
  • Allures saccadées
  • Asymétrie au trot voire au pas

Irrégularité d’allure et endurance

L’irrégularité d’allure, au trot, est de loin la première cause potentielle d’élimination du cheval d’endurance. Un quart des chevaux partants sont concernés. L’articulation métacarpo-phalangienne (boulet antérieur) est la plus prédisposée aux lésions.

Outre l’aspect pathologique qu’il convient d’identifier avec une méthodologie appropriée, un déséquilibre musculo-squelettique est source d’irrégularité d’allure. En ostéopathie équine, je m’assure de l’équilibre fonctionnel et structurel pour que votre cheval d’endurance ait une foulée régulière et symétrique. Ce qui se traduit par une répartition harmonieuse des tensions musculaires, des tractions tendineuses et des compressions articulaires. Et ainsi limiter les sources d’inflammation.

Toute articulation bloquée est source de déséquilibre locomoteur. Toute dysfonction est responsable d’une mauvaise répartition des contraintes mécaniques. Tout trouble ostéo-articulaire ou musculo-tendineux est une prédisposition à des douleurs.

ostéopathie équineQue ce soit en Polo

  • Perte de franchise en départ arrêté
  • Hyperlactatémie
  • Cheval qui « chauffe », modification du comportement
  • Changements de direction difficiles, moins rapide
  • Perte de vivacité, d’efficacité
  • Traumatismes

Vivacité et polo

Démarrage arrêté, changement brusque de direction, vitesse de pointe…le cheval de polo fournit des efforts vifs et agiles.  Une accélération vive, c’est plusieurs groupes musculaires et plusieurs articulations qui sont mobilisés simultanément : jarrets, hanches, bassin, lombaire, muscles postérieurs de la cuisse, fessiers, abdominaux, dorsaux… Un changement de direction : abaissement des hanches, élévation du garrot et de l’encolure, élévation de l’épaule, muscles trapèzes, cervicaux, dorsaux, abdominaux…

La vivacité ne peut être maintenue à son meilleur niveau que si aucun blocage ne vient perturber la gestuelle. La notion de facteur limitant induit que l’efficacité de cette chaine fonctionnelle est conditionnée par le muscle le plus faible. Une articulation bloquée, limitée dans ces amplitudes articulaires, diminue l’efficacité musculaire et donc désorganise cette chaine fonctionnelle.

Tout déséquilibre fonctionnel, blocage et autre gène conduira à une perte de vivacité.

– – –

Toute question que vous vous posez mérite une réponse. Retrouvez sur ma page F.A.Q. les réponses aux questions courantes. Pour le reste, n’hésitez pas à me contacter directement via mes coordonnées que vous trouverez sur ma page Contact.