BIOMECANIQUE

Notre vie sur Terre est régie par les lois de la physique, chères à Archimède, Newton… Pour l’animal, il en est de même. Sa vie peut être traduite en terme de contraintes mécaniques, externes et internes que son organisme peut créer mais aussi subir. Ce qui n’est pas sans conséquence…

La biomécanique me passionne depuis plusieurs années. J’enseigne mon savoir à des étudiants en ostéopathie animale. Ces années m’ont permis de progresser énormément dans ma compréhension de l’animal et des sources de dysfonction ostéopathique.

Biomécanique fonctionnelle et appliquée des mammifères

La biomécanique est un champ d’intérêt qui s’adresse à l’étude des structures de tous les organismes vivants et de leurs fonctions par rapport à l’environnement en faisant appel aux lois de la physique.

Pierre Allard – Université de Montréal – Canada

___

En réalité, la biomécanique couvre un champ large et fait intervenir plusieurs spécialités qui permettent à l’ostéopathe animalier de répondre à deux questions essentielles :

  • quel est le comportement mécanique de l’animal sain ?
  • quelles sont les contraintes physiques locomotrices normales ?

ostéopathe équinEn biomécanique on distingue :

  • la biostatique : étude des corps à l’équilibre (aplombs, posturologie) dans une position donnée. Autrement dit, l’équilibre statique articulaire sous l’influence des forces internes (tension ligamentaire, tonus musculaire…) et externes (poids du corps, gravité…)
  • la biodynamique : étude des mouvements corporels sous l’action des forces mobilisatrices (amplitudes articulaires, traction musculaire…) et les forces résultantes à la locomotion (moments d’inertie, centres de pressions…)
Ainsi ce champ de connaissances s’applique aux systèmes ostéo-articulaire, musculo-squelettique mais aussi viscéral, cardio-vasculaire et liquidien.

Ce qui permet à l’ostéopathe animalier de déceler, comprendre et traiter toute altération structurelle, fonctionnelle…

Etre à l’écoute de son patient

Beaucoup me diront que les animaux ne parlent pas et de ce fait comment savoir où ils ont mal ? La réponse est dans la compréhension et l’analyse. La biomécanique est un outil précieux de communication qui permet d’être à l’écoute de son patient :

  • comprendre les forces et contraintes mises en jeu lors de la vie de l’animal et ainsi concevoir l’anatomie fonctionnelle et l’ingénierie du corps.
    Ex : contraintes ostéo-articulaires du coude ou de la hanche chez le jeune chien
  • étudier objectivement des mouvements et des cycles de marches normaux ou anormaux.
    Ex : altération discrète de la locomotion du fait d’une pathologie débutante
  • cibler les zones à surveiller car surexposées
    Ex : des aplombs panards favorisent les pressions/tiraillements en interne des articulations.
  • compléter voire renforcer la consultation ostéopathique
    Ex : proposer une rééducation personnalisée en fonction de l’activité pratiquée et de son intensité

___

biomécanique ostéopathieQuant à l’application de la biomécanique pour l’entrainement sportif de l’athlète animal :

  • améliorer les performances
  • améliorer la gestuelle et son efficacité
  • maîtriser les effets compensatoires des forces correctrices sur le système musculo-squelettique
  • améliorer la récupération et limiter la fatigue physique et donc psychologique

___

Sinon, on peut simplement dire que la biomécanique couvre intégralement le principe ostéopathique

la structure gouverne la fonction

C’est pourquoi, de mon point de vue, la biomécanique fonctionnelle appliquée aux mammifères est un outil indispensable à l’exercice efficace de l’ostéopathie.